Nos axes de recherche

Chercheur travaillant au sein du laboratoire de l’APREC

L’APREC combat sur trois fronts.

Axe 1 – Recherche biomoléculaire : Pour comprendre les mécanismes de la maladie…

En fournissant aux chercheurs des équipements de pointe, l’APREC leur permet de progresser dans la compréhension des mécanismes par lesquels les cellules cancéreuses prennent naissance et se développent, et de concevoir des traitements « ciblés » contre ces cellules.
L’APREC a installé la première tumorothèque de l’hôpital Tenon. Cet équipement est indispensable pour étudier, à partir de nombreux échantillons de tumeurs humaines qui y sont collectés et conservés, le génome des cellules cancéreuses. La recherche « génomique » permet aujourd’hui de déterminer des prédispositions à certains cancers, de prédire la réponse de certains cancers à tel ou tel traitement, et désigne de nouvelles cibles pour la fabrication de nouveaux médicaments anti-cancéreux.

Axe 2 – Recherche clinique : Pour déterminer les meilleurs traitements…

Pour guérir le cancer, il faut non seulement trouver de nouveaux médicaments, mais aussi les rendre opérationnels chez l’homme, imaginer de nouvelles associations et de nouvelles stratégies, et in fine déterminer les meilleurs traitements pour chaque malade : tel est le rôle de la recherche clinique. Cette recherche clinique se conçoit dans le cadre d’ «essais thérapeutiques » parfaitement contrôlés afin de garantir aux patients le minimum de risques secondaires encourus.
L’APREC n’a jamais failli aux règles d’éthique extrêmement strictes qu’elle s’impose tant dans la sélection des essais thérapeutiques que dans le respect de l’information des malades.
L’APREC a promu et/ou soutenu à ce jour plus de 200 programmes de recherche clinique depuis sa création.

Axe 3 – Recherche translationnelle : De la molécule au patient et du patient à la molécule…

L’APREC s’est toujours positionnée comme une plateforme d’interface entre recherche biomoléculaire, recherche clinique et soins aux patients.
Aujourd’hui ce concept de « recherche translationnelle » ou de « recherche de transfert » de la molécule au patient et du patient à la molécule est le leitmotiv du Plan Cancer et le principal axe stratégique de l’Institut National du Cancer (INCA).
Cette recherche conduit  à une véritable révolution thérapeutique, grâce à la mise au point de « molécules ciblées ». Il s’agit de « molécules intelligentes », véritables fusées à tête chercheuse capables de repérer certaines fonctions d’une cellule cancéreuse et de la détruire sélectivement.
Les molécules ciblées ouvrent la voie à des traitements personnalisés, à partir de l’analyse des caractéristiques biologiques et génétiques propres à chaque patient.